Nous créons de la valeur ajoutée

La stratégie d'entreprise et d'offre 2019–2020 de la SSR a été remaniée en profondeur en 2018. Elle est désormais divisée en trois parties principales. Le caractère unique des offres et l'attitude de l'entreprise sont au cœur de la stratégie.

Offre

Nous voulons ajuster l'offre et l'améliorer de façon continue. Dans ce domaine, nous nous intéressons tout particulièrement au jeune public. La SSR souhaite proposer un maximum de productions représentatives de la réalité suisse. Cela nous permet de nous démarquer des autres fournisseurs. Bien entendu, la communication d'informations indépendantes, critiques et de grande qualité reste un pilier de notre offre.

Nous privilégions nos spécificités, notre valeur ajoutée

Les médias numériques se focalisent sur les besoins individuels. Les grands groupements sociaux d'antan sont désormais fragmentés en d'innombrables petits groupes. Alors que l’individualisme se généralise, la SSR propose des expériences collectives et contribue à façonner une opinion publique et une identité nationales. En proposant des contenus journalistiques de qualité dans les quatre langues nationales, nous rassemblons les communautés linguistiques de notre pays. Nos offres interrégionales dans les domaines de la culture et de l'éducation encouragent le partage des connaissances et la compréhension mutuelle, ce qui contribue au développement d'une identité nationale unique.

L'indépendance et la diversité des opinions sont des valeurs centrales. En effet, seuls des médias indépendants peuvent garantir un débat politique démocratique et riche. A une ère où les entreprises média privées et publiques sont de plus en plus sous pression, il est plus important que jamais d'avoir une couverture médiatique stable. En effet, les études montrent que les pays avec de solides diffuseurs publiques sont moins exposés aux courants extrémistes et souffrent moins de corruption. La SSR est financée depuis longtemps par la redevance. Cela lui permet d'être indépendante des intérêts politiques et économiques et de présenter des offres que d'autres entreprises média n'oseraient peut-être pas présenter.

C'est dans son caractère unique que réside la légitimité de la SSR. D'où notre choix de miser essentiellement sur la vidéo et l’audio dans notre offre news online. Sans dériver de nos normes de qualité journalistiques et publicitaires, nous proposons des contenus attrayants et modernes qui, du fait de leur orientation audiovisuelle claire, complètent le paysage médiatique suisse.

Nous visons un équilibre à cinq ans entre l'offre numérique et le broadcast

Les médias sont de plus en plus consommés en ligne et depuis les appareils mobiles. Par conséquent, afin de fidéliser nos utilisateurs et de leur offrir des contenus captivants et de qualité, là où ils le souhaitent, nous souhaitons étendre notre offre numérique. La SSR s'intéresse tout particulièrement au jeune public, mais il ne suffit pas de publier ses contenus traditionnels sur Internet pour le captiver. Nous développons donc constamment des nouveaux formats, codes narratifs et formes de distribution qui correspondent aux attentes du jeune public et à celles des personnes consommant les médias en ligne en déplacement.

Nous souhaitons intégrer toutes les générations et tout particulièrement les jeunes. Ces derniers évoluent dans un monde entièrement numérique et sont souvent issus de l’immigration. Ils sont attirés par les nouvelles plates-formes de communication, par les médias sociaux notamment. Nous développons nos offres avec des jeunes, non à leur place. Ainsi nous pouvons leur proposer des contenus qui correspondent à leur réalité.

La révolution numérique que traverse les médias influence les modes de consommation, de plus en plus adaptés aux besoins individuels et orientés par des algorithmes. Certes, les utilisateurs reçoivent davantage d'informations concernant ce qui les intéresse, mais ils passent aussi à côté de nombreux éléments essentiels. En tant qu'entreprise média devant contribuer à la formation de la libre opinion, nous avons l'obligation de contrer cette tendance.

La SSR ne peut – ni ne veut – se fermer à ces nouvelles opportunités. Nous aussi, nous souhaitons améliorer constamment notre offre et mieux atteindre notre public via les médias en ligne. Nous lui facilitons l'accès à nos contenus sur tous les canaux et développons pour ce faire des accès aux programmes personnalisés, là où les utilisateurs le souhaitent et là où nous pouvons apporter une réelle valeur ajoutée. Mais nous le faisons toujours dans le respect de la sphère privée des utilisateurs, en accord avec notre mandat et au service de la société. Ainsi, nous proposons à nos utilisateurs la possibilité d'une offre personnalisée, tout en respectant la sphère privée. Nous assumons une responsabilité vis-à-vis de la société et ne créons pas de bulles de filtres.

Nous mettons l’accent sur la Suisse dans notre offre

Nos productions maison sont le fruit d’un savoir-faire de qualité suisse dans les quatre langues nationales. Le public de la SSR apprécie particulièrement nos productions maison ou du moins les productions en lien avec la Suisse. Une étude comparative de deux productions transmises sur SRF 1 en 2018 le confirme: la série policière allemande «Der Alte», diffusée les mardis, a attiré en moyenne 410 000 personnes devant leurs écrans, alors que la série suisse «Le Croque-mort» a été suivie par 775 000 personnes.

Mais les productions maison coûtent cher, ce qui explique pourquoi presque aucune entreprises média finance une telle offre aujourd'hui. Grâce à son indépendance, assurée depuis des années par le système de redevance, la SSR peut investir dans des contenus autochtones. Cela ne concerne pas que la production, mais aussi la programmation. En 2018, les productions maison représentaient 90 % du programme de SRF 1 en prime time. Parmi les offres de divertissement, 86 % étaient des productions maison et 14 % provenaient de l'étranger. Nous divertissons les gens avec des contenus suisses uniques et leur proposons plus de diversité et surtout plus de «suissitude» parmi l'éventail des offres médiatiques. Nous sommes une tribune de choix pour la Suisse.

Nous conservons le niveau actuel de production musicale suisse, mais développons l'échange interrégional. Nous faisons le lien entre les régions linguistiques et souhaitons rapprocher tout le monde de la création culturelle suisse. Nous nous engageons en faveur de l’héritage culturel suisse; nous voulons le préserver et le faire évoluer activement.

Relation

La SSR veut montrer et expliquer davantage en quoi elle contribue à la cohésion et à la diversité culturelle et politique de la Suisse. Pour ce faire, elle privilégie les échanges d'égal à égal et souhaite accueillir des idées et des partenariats différents et rester ouverte non seulement au dialogue, mais aussi à la critique. Compte tenu du rôle central que joue le service public dans l'écosystème média global de la Suisse, il est primordial de collaborer avec d'autres entreprises média et institutions suisses comme les universités et les hautes écoles.

Nos offres de programme touchent et concernent tous les publics

Quand les chaînes et stations de la SSR couvrent des événements, des histoires et des destins, des millions de personnes les regardent et les écoutent. Pendant la Coupe du monde de football en Russie, plus de 2,2 millions de spectateurs dans toute la Suisse ont retenu leur souffle devant leurs écrans le 17 juin 2018 lorsque l'équipe nationale a égalisé face à la «Seleçao» brésilienne (1:1). Ils étaient 1,2 million à vivre en direct la victoire de Beat Feuz le 13 janvier 2018 à la descente du Lauberhorn. En décembre 2016 la production SSR «Gotthard» a attiré plus de 1,3 million de téléspectateurs. Et un peu plus d'un million de personnes se sont informées des résultats des élections fédérales du 5 décembre 2018 sur l’une des chaînes de la SSR.

Ces moments collectifs, dans une Suisse multilingue et multiculturelle, sont un élément fédérateur essentiel. Ces pourquoi nous rassemblons la société suisse, avec des événements fédérateurs, sur le plan culturel, sportif, et politique, et le plus possible en direct.

La SSR a pour mission, et c'est une évidence pour elle, d'atteindre tout le monde en Suisse. Nous rendons donc nos programmes accessibles à tous, y compris aux personnes atteintes de déficiences sensorielles. Ainsi, nous sous-titrons déjà 30 000 heures de programme, soit la moitié de notre temps de diffusion. D'ici 2022, nous élargirons notre offre pour passer à 45 000 heures, soit 80 % du temps de diffusion. Les contenus audiodécrits passeront de 420 à 900 heures, et les émissions en langue des signes de 440 à 1000 heures. Les services d’accès évoluent au rythme des nouvelles technologies numériques. La HbbTV interactive, par exemple, permettra à l’avenir de proposer aux handicapés sensoriels un meilleur accès à nos offres.

Le mandat d'intégration de la SSR est plus que jamais d'actualité: un quart de population helvétique n’a pas de passeport à croix blanche. Par conséquent, la fonction d’intégration de la SSR ne doit pas se limiter à la seule présentation de la diversité culturelle en Suisse. Nos programmes doivent nous aider à mieux nous connaître et à ainsi améliorer la compréhension mutuelle. Les côtés positifs et négatifs doivent être présentés de manière égale. Enfin, et c'est une chance, nous le faisons à dessein dans le cadre des émissions existantes, non à travers des émissions spéciales.

Nous renforçons une relation ouverte et transparente avec la société suisse

La SSR, en tant qu'entreprise média publique, est au service de la société, qui est en droit de demander des comptes et de remettre régulièrement en question de manière critique le contrat passé. Nous souhaitons donc rencontrer notre public plus souvent et discuter avec lui de ce que nous produisons et apportons, créant ainsi plus de proximité avec la société suisse. Par cette ouverture nous offrons aux gens en Suisse la possibilité d'entamer un dialogue direct et personnel et de façonner avec nous la SSR de demain. Différents canaux sont disponibles, que ce soit via notre Association, des émissions spécifiques et des formats d'échange, comme «Hallo SRF», sur les médias sociaux ou encore lors de grands événements, de fêtes populaires ou d'événements open air.

Nous contribuons à la préservation de la mémoire acoustique et audiovisuelle de notre pays. Les archives audiovisuelles de la SSR constituent un patrimoine culturel porteur d’identité. Elles permettent aux Suissesses et Suisses de l'étranger de ne pas oublier leurs racines et aux étrangers qui s’installent en Suisse de découvrir l’histoire récente de leur nouvelle patrie. Elles permettent à chacun d'entre nous de se situer dans l'histoire du pays et de suivre les tendances, événements et personnes politiques et culturels toujours d'une nouvelle perspective. Nos archives contiennent un million d'heures d'émissions – 85 ans de radio et 60 ans de télévision.

Nous apportons notre contribution à l’écosystème médiatique suisse

Le virage numérique renforce la concurrence entre prestataires privés et entreprises média publiques. L'opinion que ces dernières sont directement ou indirectement responsables des difficultés économiques des médias privés est largement répandue. Ce n'est pas le cas, comme le démontrent de nombreuses études internationales: les médias privés sont également confrontés à des problèmes économiques sur les marchés dépourvus d'entreprises média publiques. La SSR pense qu’aujourd’hui, il est plus important que jamais de s'unir pour développer la place médiatique suisse et la rendre plus forte face à la concurrence internationale.

Le renforcement de la collaboration entre les médias privés et publics apporte des avantages aux deux parties. Les technologies numériques impliquent des investissements importants. Or les coopérations permettent à tous les partenaires de réduire leurs coûts en matière d’infrastructure. Collaborer apporte donc aussi des avantages économiques et des nouveaux élans sur le plan journalistique. Nous développons des collaborations utiles à toutes les parties avec les médias privés suisses.

L'innovation est l'essence même et le moteur de toute entreprise média. Nous renforçons donc notre collaboration avec les universités et les hautes écoles et contribuons au virage numérique de la société. Les experts sont d'accord sur le fait que les médias ont pour mission principale d'observer d'un œil critique les changements numériques. Le scientifique suisse Joël Luc Cachelin exige ce qui suit: «Les [médias] devraient inciter les consommateurs à la réflexion personnelle et à l’autodétermination.» La SSR peut et doit jouer un rôle important dans ce débat.

Ressources

Avec les changements dans le paysage médiatique et la numérisation, la SSR se trouve également confrontée à des défis internes. La baisse des recettes publicitaires et le plafonnement de la redevance ont entraîné une dégradation de l’environnement économique de l'entreprise. La SSR doit donc devenir plus agile, innovante et efficiente, aussi bien dans sa culture d'entreprise que dans les processus et l'organisation.

Le paysage médiatique suisse est en constante évolution et vu la rapidité à laquelle les changements se produisent, les entreprises doivent s'adapter. Nous simplifions donc l'organisation à tous les niveaux et promouvons un management flexible et agile. Cette nouvelle culture managériale garantit notre avenir et encourage la transformation de l'entreprise.

Notre public suisse juge notre offre crédible, professionnelle et équilibrée. Afin de préserver cette réputation, nous avons besoin de collaborateurs professionnels et bien formés. Nous devons être un employeur attrayant et promouvoir la formation continue, la relève interne et la recherche de talents. C'est ainsi que nous pouvons garantir à notre public de toujours recevoir des offres de la plus grande qualité. Toutes les générations s'y retrouvent et se sentent comprises.

Nous pensons essentiellement au jeune public lorsque nous développons de nouvelles écritures, de nouveaux formats et de nouvelles distributions. Nous développons nos offres avec des jeunes, non à leur place. Nous misons donc surtout sur de jeunes talents et nous nous efforçons d'être aussi pour les «digital natives» un employeur attrayant. Nous encourageons, entre autres, la relève journalistique.

La diversité de nos programmes radio et tv reflète la Suisse multilingue et multiculturelle. Mais la SSR elle-même est à l’image de la Suisse pour ce qui est des langues et de la culture. En effet, 46 % de ses collaborateurs parlent (suisse-)allemand, 32 % français, 19 % italien et 3 % romanche. Outre les quatre langues nationales, 18 autres langues sont également représentées. Les collaborateurs de la SSR représentent 39 nationalités différentes. Avec 43 % de femmes, la mixité est relativement équilibrée au sein de la SSR. Cette diversité nous tient à cœur.

La SSR a pour mandat de proposer à l'ensemble de la population suisse une offre radio, tv et en ligne attrayante et diversifiée. La conception de l'offre constitue la «raison d’être» de la SSR.

Nous visons un effort d’efficience, dans tous les domaines, particulièrement dans nos coûts d’infrastructure, d’administration et de technique. La SSR revoit de manière complète et profonde, sans tabou, ses processus et modalités de production dans la perspective claire d’alléger ses coûts. Voilà comment nous remplissons le mandat confié par la population suisse et investissons autant de moyens que possible dans les offres.

A une ère où les entreprises média, qu'elles soient privées ou publiques, sont plus que jamais sous pression, il est primordial d'avoir une desserte de base stable. La SSR est responsable de moyens publics, qu’elle gère avec efficience et en transparence afin d’assurer son indépendance. En effet, des finances équilibrées constituent la base du développement.

Actuellement, trois quarts des recettes sont issues de la redevance et un quart de revenus commerciaux, de la publicité et de la vente d’émissions. Grâce au financement par la redevance, la SSR peut offrir à son public des contenus indépendants, équilibrés et dans les quatre régions linguistiques. Les autres recettes commerciales (commercialisation de l'inventaire publicitaire) permettent à la SSR d'investir des moyens supplémentaires dans le programme et de continuer à proposer la même diversité avec le nouveau montant de la redevance.

Le service public média privilégié par le financement par la redevance revient régulièrement sur la table des discussions politiques, pas seulement en Suisse, mais aussi depuis longtemps à l'étranger. En tant qu'entreprise média publique, nous sommes directement concernés et contribuons activement au débat sur le développement du modèle de service public. Nous sommes en contact permanent avec les prestataires de service public des autres pays européens et tirons des leçons de leur expérience.