Hackdays 2018: en route pour l’aventure numérique

News 14.03.2018

Les 1er et 2 mars 2018, la SSR a organisé les Hackdays autour du thème «Médias et intelligence artificielle» à Genève et Zurich. Cette manifestation a pour objectif d’encourager l’innovation au sein de l’entreprise. Un aperçu sur place.

Livio, le présentateur, guide les groupes lors de la présentation.

Vendredi 2 mars à 10 h au studio 5 de la SSR, à Zurich Leutschenbach. Pour la deuxième journée des Hackdays 2018, près de 60 programmeurs, designers et spécialistes de l’expérience utilisateur sont regroupés autour de 18 grandes tables rondes en bois, là où sont habituellement enregistrées les émissions de télévision. La concentration des participants, et des trois participantes, penchés sur leurs ordinateurs portables, est palpable. Autour de quelques tables, certains discutent, sans toutefois perturber le calme qui règne sous les projecteurs. On distingue au loin de la musique. Des petits bonbons en forme de robots apportent de la couleur sur chaque table.

Les Hackdays, un axe de la stratégie d’innovation

Les Hackdays de la SSR se déroulent pour la cinquième fois, simultanément dans les locaux de SRF à Zurich et de la RTS à Genève. L’objectif de cette manifestation est, comme lors d’un atelier, de développer en un temps limité de nouvelles idées de projets pouvant être poursuivies et approfondies par la suite. Pour ce faire, la SSR met ses données à la disposition de ces hackers internes et externes. «Les Hackdays nous montrent dans quelle direction l’aventure numérique pourrait nous emmener. Ils font partie intégrante de notre stratégie d’innovation», affirme Eliane Noverraz, cheffe de projet de la manifestation. «Depuis l’année dernière, nous disposons en outre d’un fonds d’innovation qui permet aux idées nouvelles et audacieuses d’être mises en œuvre. Les groupes ayant été récompensés pour leur projet interne peuvent faire une demande de financement.»

Une atmosphère agréable, des résultats concluants

Derrière une paroi sombre, de petites tables noires et des tabourets permettent aux hackers de faire une courte pause-café. De confortables canapés marron et des tables basses en bois invitent à la détente, ou au travail pour les participants qui souhaitent changer de décor. On distingue çà et là des ordinateurs portables. Tout a également été prévu en cas de petit creux: croissants, müesli, fruits et boissons. Et pour les plus tendus, Urs, le masseur, propose un moment de relaxation sur la chaise de massage. Deux programmeurs se changent les idées en jouant au baby-foot avant de rejoindre la table ronde où se trouve leur groupe. «Les hackers nous font don de leur temps et sont extrêmement motivés», explique Sara Moser, co-organisatrice des Hackdays. «Nous nous assurons donc qu’ils se sentent parfaitement bien pendant l’événement.»

Présentation des prototypes en quatre minutes

Le temps s’écoule à la vitesse de l’éclair. Tandis que midi approche, Eliane Noverraz et Sara Moser se rendent de table en table afin de connaître le nom des groupes et le besoin de matériel technique pour la présentation. Elles établissent l’ordre de passage des présentations et le publient sur le site www.hackdays.ch afin que chaque groupe sache quand il passe. Ceux qui le souhaitent peuvent répéter au préalable leur intervention et obtenir directement le feed-back des organisatrices.

Après le repas de midi, les invités – membres du management et amateurs de progrès numérique – arrivent. La manifestation de Genève est retransmise en direct sur deux écrans géants. Que les présentations commencent! Livio Chistell, rédacteur et présentateur chez RTR, nous accompagne plaisamment jusqu’au temps fort de la manifestation. Le moment est venu pour les 26 groupes de Genève et de Zurich de présenter tour à tour leurs prototypes. Chacun d’entre eux dispose de quatre minutes seulement: un temps très restreint, comme le prouvent douloureusement certaines présentations. Cette durée, calculée au plus juste, fond comme neige au soleil au moindre problème technique ou lorsque le déroulement de la présentation n’a pas été suffisamment discuté. Un gong impitoyable met un terme aux efforts accomplis pour convaincre le public. Les groupes ayant réussi à produire un résultat visible ont plus de chances d’obtenir des votes. Seuls les participants ont le droit de voter en ligne.

Et le gagnant est…

Deux heures plus tard environ, les vainqueurs sont proclamés. Ils recevront l’un des trois trophées en forme de robot mis en jeu.

  • 1a) Deux projets se partagent la première place: Smart Badge Voice Assistant à Genève et Blockchain Reporter à Zurich. Comme son nom l’indique, le projet Blockchain Reporter surfe sur la vague blockchain et permet à des journalistes anonymes d’envoyer, via une application, des informations à travers le monde. La véracité de celles-ci est vérifiée au préalable.
  • 1b) Le projet Smart Badge Voice Assistant relie Google Home, un iPad et une imprimante entre eux. Il permet d’imprimer des autocollants directement grâce à la reconnaissance vocale. Cette méthode, plus simple et plus rapide que la saisie numérique, est un atout notamment lors d’événements.
  • 3) À la troisième place, le groupe VideoMLTech, de Genève: son prototype permet d’analyser le matériel vidéo brut et d’éliminer automatiquement les séquences inutiles, comme par exemple un élément indésirable dans le champ. VideoMLTech montre également ce qui a été retiré. 

 

Que signifie «hacker»?

Le verbe «hacker» désigne notamment l’engouement pour l’expérimentation avec créativité et originalité dans le domaine de la programmation. Le défi intellectuel consiste à surmonter des limites ou à contourner des obstacles afin de les transformer en quelque chose de captivant et de pertinent. L’auteur est appelé «hacker» et le résultat, «hack».

Revivez les moments forts des Hackdays 2018

[Translate to Französisch:] Erleben Sie die besten Momente der Hackdays 2018