Loyauté et transparence

Nous nous devons de rendre des comptes aux personnes qui s’acquittent de la redevance et nous sommes à ce titre l’une des entreprises média les plus transparentes en Europe: nous publions les coûts de nos radios et de nos émissions tv ainsi que les faits et chiffres relatifs aux salaires et aux collaborateurs.  

Nous souhaitons être un employeur sérieux et loyal pour nos quelque 6000 collaborateurs. Depuis 2013, nous participons au Dialogue sur l’égalité des salaires initié par la Confédération. Actuellement, les salaires des femmes sont inférieurs de 3,7 % à ceux des hommes. Un bon résultat, certes, en comparaison avec l’ensemble de l’économie suisse (le seuil de tolérance de la Confédération est de 5 %), mais cela ne suffit pas. Avec notre partenaire social, le Syndicat suisse des mass media (SSM), nous prenons des mesures visant à réduire encore cet écart.

Avec 43 % de femmes, la mixité est relativement équilibrée au sein de la SSR. Dans la catégorie Personnel sous convention collective de travail (CCT), apprentis inclus, le pourcentage de femmes s’élève à 45 % et chez les cadres, elles sont 27 %. Nous nous sommes donné pour objectif de relever le pourcentage de femmes cadres à 30 % d’ici à 2020. 52,2 % des collaborateurs sous CCT travaillent à temps partiel (cadres: 14,5 %). Pour augmenter le pourcentage de cadres travaillant à temps partiel, ce sujet est abordé et encouragé à chaque nouvelle embauche. 

Transparence dans le rapport de gestion

La SSR affiche l'évolution des salaires de ses cadres supérieurs, cadres et collaborateurs et les compare aux salaires pratiqués sur le marché suisse et dans d'autres entreprises. Dans le rapport de gestion on retrouve également la rémunération du Comité de direction des unités d'entreprise, le salaire moyen par catégorie professionnelle et celui d'une sélection de fonctions journalistiques.

Les unités d'entreprise RTS, SRF, RSI et RTR publient les coûts de leurs émissions d'actualité, de débat et de divertissement, de leurs magazines, films, séries, programmes musicaux et sportifs, documentaires et reportages. Chacune indique en outre les coûts induits par ses stations radio.

Les unités d'entreprise RTS, SRF, RSI et RTR publient les coûts des grandes coproductions nationales, comme «Gothard», «DADA DATA» ou encore l'émission du 1er août. La SSR publie aussi l'ensemble des coûts des droits sportifs, qui se sont élevés en moyenne à 51,2 millions de francs par an sur les quatre dernières années. L'entreprise média offre à son public un programme sportif recouvrant plus d'une centaine de disciplines, une offre unique en Europe, y compris pour son rapport qualité/prix: l'offre sportive de la SSR revient à CHF 1.12 par semaine et par ménage. Outre les Jeux olympiques et des sports très suivis comme le foot, le hockey sur glace et le ski alpin, la SSR offre une visibilité aux sports moins populaires, comme l'aviron, l'escrime, la natation, le handball, l'unihockey, le volleyball ou encore le golf.