SRG SSR

Divertissement

Divertissement

La SSR doit s’acquitter d'une mission de divertissement. La tâche est complexe, compte tenu de la multiplicité des désirs du public.


Les émissions musicales, les comédies et les talk shows le prouvent: le divertissement diffuse des valeurs culturelles, en même temps qu'il forge l’identité. Or, quoi de plus durable qu’une émission à la fois divertissante et intellectuellement stimulante, capable même de susciter un débat de société dans d’autres formats ou dans d’autres médias ? Une manière de dire que les frontières entre l'information, la formation et le divertissement ne sont pas définies avec précision.   


Chacun y trouve son compte

À l'instar de l'information, du sport, de la culture et de la formation, le divertissement fait partie intégrante de la mission de la SSR, comme le précise aussi la concession. Les programmes doivent donc tenir compte des différents besoins du public. Autant dire que les genres, les formats et les contenus sont nombreux ! Citons, pour la radio, les pièces radiophoniques, les jeux de questions-réponses ou les concerts à la demande, et, pour la télévision, les quiz, les talk shows, les spectacles musicaux, les sitcoms, les séries, les longs métrages ou les films d’animation.

Les études montrent clairement que les spectacles de divertissement et les quiz diffusés en prime time ont les faveurs du public. Ces émissions attirent les annonceurs, permettant ainsi – indirectement – de financer les émissions à vocation politique, culturelle ou philosophique, appréciées d’un nombre moins important de personnes. Vous l'aurez compris: la solidarité est de mise pour que les uns puissent regarder des sitcoms et les autres privilégier la littérature. En résumé, la SSR ne fait pas que produire des émissions à succès, elle propose aussi de quoi intéresser de petits publics.


Unique en son genre

Les émissions d'information ou de divertissement produites par la SSR se distinguent de celles de la concurrence étrangère. Il est normal dès lors qu'elles soient diffusées à des heures de forte écoute. Pour la Radio Télévision Suisse, mentionnons «Temps Présent», «A Bon Entendeur», «Mise au Point» et «Les Coups de Cœur» ; pour Schweizer Fernsehen, «Giacobbo / Müller», «Aeschbacher» et «Happy Day» ; pour Radiotelevisione svizzera «Attenti a quei due» et «Cash».

Les unités d’entreprise et les chefs de programmes élaborent une grille de programmes régionale et conçoivent les émissions. Pour accomplir cette tâche, ils doivent observer une série de valeurs, dont la plus importante est le respect du public et des personnes qui participent aux émissions.

La SSR soigne les relations de proximité avec les gens. Elle sait combien le contact direct avec le public est important et elle encourage l'acquisition de connaissances en recourant à des moyens ludiques et divertissants.

À la radio, cette volonté se traduit, sur RTS, par le festival de musique «Label Suisse» ou les émissions «La Soupe», «Le Kiosque à musiques», «Les Dicodeurs», «Session Paradiso» ou «Espace JazzZ»; sur SRF, par des productions telles que «Uri, Schwyz und Untergang» ou «Morgenstund hat Gold im Mund», et, sur RSI, par «Il camaleonte» ou «Parzialmente scremato».

À la télévision, les émissions ont pour nom «Cash», «La Boîte à musique», «Dîner à la ferme», «Identités», «Entre chien et chat» et «Captation de spectacles d'humoristes romands» (RTS), «SF bi de Lüt», «Über Stock und Stein», «Landfrauenküche», «Samschtig-Jass», «Donnschtig-Jass» et  «Hopp de Bäse!» (SRF); «Attenti a quei due», «Molla l'osso» et «Cash» (RSI).


Un sentiment d’appartenance

Parce qu’il crée des liens, le divertissement revêt une importance particulière dans un pays plurilingue et pluriculturel tel que la Suisse. La SSR l’a bien compris, qui met en contact, dans ses programmes, les jeunes et les moins jeunes, des personnes de profession différente ou des gens de culture différente. Ce faisant, elle suscite un sentiment collectif, digne d’être préservé dans une société toujours plus fragmentée.  

Quelques émissions de divertissement sont même organisées par-delà les frontières linguistiques ou nationales, de façon à favoriser la communication entre communautés linguistiques en Suisse et à resserrer les liens avec les pays voisins. En plus de profiter au public, elles permettent au personnel média de la SSR de partager ses expériences avec ceux qui ne travaillent pas dans leur unité d’entreprise. Les exemples les plus parlants sont, à l'échelle nationale, Radiotour, le festival de musique «Label Suisse» à Lausanne, la fête du 1er Août, le «SwissAward», et, à l'échelle internationale, «Musikantenstadl» et «Eurovision Song Contest».

Le genre du divertissement peut se goûter sur place, mais aussi dans un environnement virtuel, comme les  forums Internet, les jeux en ligne ou les plateformes musicales www.mx3.ch ou www.vxm.ch. Ces espaces virtuels facilitent les rencontres ; ils créent des liens et forgent l'identité.

Metro

Que signifie le service public? Que fait la SSR des sommes perçues au titre de la redevance? Metro vous apportera les réponses à ces questions et à bien d'autres encore.  

RSIRTRRTSSRFSWI