SRG SSR

Pacte de l'audiovisuel

Pacte de l'audiovisuel

La SSR confirme son engagement en faveur du cinéma suisse en prolongeant sa collaboration déjà solide avec les acteurs de la branche. Elle s’engage à investir annuellement 27,5 millions de francs entre 2016 et 2019 pour la coproduction de films suisses.

de gauche à droite: Peter Beck (Swissfilm Association), Mariano Tschuor, Roger de Weck (beide SRG), Alexandre Iordachescu, Gérard Ruey (beide Forum romand); Jonas Räber (Schweizer Trickfilmgruppe)

La collaboration entre le secteur suisse du cinéma et la SSR est définie depuis 1997 par un contrat, le Pacte de l’audiovisuel, qui fixe les conditions des coproductions réalisées conjointement par la SSR et les producteurs indépendants.  

De cette façon, la SSR renforce son engagement et augmente sa contribution financière annuelle, qui passera de 22,3 à 27,5 millions de francs. Les coproductions ont déjà profité de ces moyens supplémentaires ces dernières années, mais ce financement sera désormais imposé par le Pacte. La SSR montre ainsi le sérieux de son soutien au secteur suisse du cinéma, qui bénéficiera d’une plus grande sécurité dans la planification de ses projets.  

Le Pacte de l’audiovisuel soutient les téléfilms et le cinéma: 14 millions de francs seront dévolus chaque année aux productions TV et au moins 9 millions aux projets de longs métrages. Un million de francs sera désormais mis à la disposition des films d’animation. Enfin, selon le déroulement de la phase pilote, la SSR continuera à soutenir les projets multimédia.  

Le Pacte se veut en phase avec les nouveaux comportements du public et les droits d’exploitation ont été adaptés en conséquence. Ainsi, les films pourront désormais être disponibles sur Internet avant leur diffusion. Différentes nouveautés, comme la réduction du temps d’obtention de la licence et la limitation dans le temps de l’obligation de remboursement, permettront de continuer à garantir l’indépendance des producteurs. 

Dans un pays de la taille de la Suisse, il est essentiel que les téléfilms et les longs métrages bénéficient d’un financement public. La SSR, aux côtés de l’Office fédéral de la culture, est le plus grand acteur de la promotion du cinéma.

Signature Pacte 2016-2019

Simon Hesse (l.) und Michael Steiger, IG
Rolf Schmid (SFP), Kaspar Kasics (ARF/FDS) und Simon Hesse (IG)
Alexandre Iordachescu (GARP), Gérard Ruey (Forum romand), Jonas Raeber (GSFA)
Ruth Waldburger (GARP), Peter Beck (Swissfilm Association), Mariano Tschuor (SRG SSR)
Mariano Tschuor und Roger de Weck, SRG SSR
v. l. n. r.: Ruth Waldburger (GARP), Peter Beck (Swissfilm Association), Mariano Tschuor und Roger de Weck (SRG SSR), Alexandre Iordachescu (GARP), Gérard Ruey (Forum romand), Jonas Raeber (GSFA), Rolf Schmid (SFP), Kaspar Kasics (ARF/FDS), Simon Hesse und Michael Steiger (beide IG)
Thomas Tribolet und Kaspar Kasics
Urs Fitze, Sven Wälti und Sabine Boss
Peter Beck und Roger de Weck
Urs Augstburger im Gespräch mit Jonas Raeber (l.) und Edgar Hagen (r.)
Gabriella De Gara
Samuel Stefan
Sven Wälti und Roger de Weck
Jacob Berger, Sabine Boss, Peter Reichenbach
Jacob Berger (l.) und Sabine Boss
Jonas Raeber und Roger de Weck
Matthias Aebischer
Andrea Zogg (Schauspieler) und Mariano Tschuor (SRG)
Tonia Maria Zindel und Heidi Maria Glössner (Schauspielerinnen)
 
 
RSIRTRRTSSRFSWI